Le jeu du drapeau

Presidentielle-aux-urnes-citoyens.jpg

 

Connaissez-vous le jeu du drapeau ? C’est un grand classique de l’animation. Pratiqué en plein air par deux équipes séparées en deux camps par une corde, il propose à l’une et l’autre de s’affronter afin de ravir de drapeau de l’adversaire.

Ce jeu parfois pratiqué par des enfants, souvent par des militaires et pratiquement à chaque week-end de team building par des cadres en mal de performance ou de reconnaissance managériale, est un sport mondial.

Spécificité locale, il se distingue chez nous par son terrain : la communication et les médias. Les équipes quand à elles, sont la plupart du temps politiques mais peuvent s’ouvrir au pékin moyen sur les réseaux sociaux. Pour le reste, rien ne change on essaie toujours de s’approprier un drapeau…en l’occurrence ici : notre bon vieux tricolore.

La récupération du drapeau national comme « key visual » politique se veut en effet aujourd’hui essentielle si on veut affirmer sa portée politique. Sera écouté et légitimé des français celui qui en porte l’étendard.

Dès lors le match pour le symbole se joue à couteaux tirés…

Première mi-temps : Propriété initiale de la France, le drapeau national est, depuis l’arrivée de l’euro, récupéré par le parti de Jean-Marie Le Pen. Celui-ci le fait passer grâce aux mêmes trois couleurs et à son discours résolument nationaliste, pour le deuxième logo de sa formation politique. Le drapeau français devient le signe de la xénophobie et d’une France rétrograde.

En 2007, c’est la mi-temps. On note la tentative plus ridicule qu’efficace de Ségolène Royale de réappropriation républicaine de la bannière nationale. La leader socialiste demande alors que tous les français fassent flotter l’étendard chez eux mais rien n’y fait : l’objet reste l’avatar du FN. On ne peut plus lever le drapeau français sans passer pour un sympathisant frontiste.

Il faut attendre une deuxième mi-temps surprenante et cette soirée du 13 novembre 2015 avec ses fous de Daesh pour que le symbole soit restitué aux français et à leur inconsolable chagrin élevé en statut sur Facebook. Profitant de l’événement pour être plus Président de la République que jamais, François Hollande pavoise littéralement le temps d’un week-end. Il déchante une semaine après aux régionales devant un FN surpuissant, lequel faisant siennes à nouveau les trois inséparables couleurs pourtant redevenues il y a peu, celles de la tolérance et du vivre-ensemble.

Les marques n’ont plus aujourd’hui l’exclusivité de leurs symboles. McDo, Quick et Burger King se volent régulièrement le drapeau du hamburger, aliment fédérateur par excellence, par l’intermédiaire des citoyens consommateurs. Il en est donc de même pour la marque France, dépouillée de son drapeau par les partis et parmi eux, les plus extrêmes, et qui doit plus que jamais compter sur ses citoyens .

Le jeu du drapeau n’est donc pas fini, à vous de choisir ce dimanche dans quel camps il flottera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s