Archives du mot-clé Noël

N’oubliez pas votre quatrième tiers provisionnel

Avez-vous remarqué autour de vous ces derniers temps tous ces gens stressés, pressés, tiraillés par une inévitable échéance ? Vous sentez-vous aussi obligés que moi d’honorer ce mois-ci des dépenses d’argent importantes ? Aurions-nous tous soudain oublié de payer la même facture ?

Non, détendez-vous, ou du moins essayez… C’est Noël !

Parmi tous les temps forts commerciaux, Noël est de loin la fête reine. Elle représente pour beaucoup d’entreprises, un pic majeur de leurs chiffres d’affaires et donc par conséquent, une agressivité marketing de plus en plus accrue. Ce phénomène va en s’amplifiant d’année en année au point, je le pense, de finalement pervertir l’engouement naturel et optimiste que l’on attendrait d’une fête commerciale.

Soyons honnête : On n’aime plus Noël. Dès le mois de novembre, les mères de familles angoissées poussent des caddies déjà pleins de dizaines de cadeaux prélistés sur internet depuis des semaines. L’étau commercial est ici manifeste d’autant qu’il est renforcé par l’implication des enfants, figures sacrées de nos sociétés de consommation pour lesquelles l’abondance est le critère principal d’appréciation.

Contraintes familiales, pressions commerciales, date buttoir…si on ajoute le temps de crise, on peut sans retenue affirmer que Noël est devenu un véritable impôt supplémentaire.

La « contrainte » cadeau est devenue le sujet majeur de Noël et ce jusque dans la publicité. Où est d’ailleurs cette année la campagne réellement enthousiaste et créative sur le sujet ? Les marques affichent aujourd’hui un ton mercantile parfaitement assumé : Jouet Club signant en prime time devant les jeunes téléspectateurs « Moins c’est cher, plus il y a de cadeaux au pied du sapin ! » La légendaire fabrique magique du Père Noël appréciera cette gentille trahison…

Alors que faire ? Laissez-moi imaginer dans une folle utopie, l’abandon temporaire de cette fête par les annonceurs comme un paysan laisserait une terre trop cultivée en friche, le temps pour elle de récupérer et de retrouver sa fertilité.

Je pense qu’il faut redonner le temps à Noël de recouvrer sa magie, c’est à dire l’émerveillement que représente son abondance en réponse à une année de manque ou de restrictions.

Ou bien tout simplement penser Noël dans ce qu’elle a toujours été, non pas un simple temps fort commercial mais une marque à part entière porteuse de valeurs et qui par conséquent ne peut pas tout se permettre en communication sous peine de se voir compromise aux yeux de ses clients.

Le problème c’est qu’il paraît que son directeur marketing n’existe même pas alors…

Publicités